?

Log in

Defaut

February 2016

S M T W T F S
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
2829     

Tags

Powered by LiveJournal.com
Darcy Lewis

rorihnemuri in 6variations

Un long Voyage (37) - Harry Potter - N°4

Titre : TUE MEROPE GAUNT
Auteur : rorihnemuri
Thème : Un long voyage
Fic n° : 4
Fandom : Harry Potter
Personnage/Couple : Harry Potter, Merope Gaunt, Gen.
Rating : Not rated.
Disclaimer : JK Rowling
Avertissements : C'est du time travel, en hommage à toutes les fics où quelqu'un, souvent Hermione, part jusque dans le passé en prenant ce risque énorme d'échouer - parce que Tom est déjà né, et que les voyageurs ont souvent le coup de foudre facile...




Lorsqu’il la retrouve, elle est bien consciente d’être piégée, et Harry prend un moment pour la regarder.

Ce n’est qu’une femme. Une femme un peu quelconque, au visage bizarrement proportionné.

Ses cheveux sont des fils raides et crasseux qui collent à sa peau encore boutonneuse d’adolescente, creusée par des cicatrices qu’elle a trop grattées ; il y a quelques tâches de rousseur qui parsèment son nez, ses pommettes trop saillantes, et un grain de beauté qui longe la ligne de ses cils.

Ses paupières sont tombantes sur ses yeux délavés, et son nez, ses petites lèvres ont une forme dont il se rappelle bien ; ainsi agenouillée par terre, elle n’a l’air que d’une bête mendiante moldue, une clocharde enceinte, personne – ses doigts noueux s’accrochent au bas de son long manteau gris, et elle lève la tête juste à temps pour que l’éclair vert se reflète dans ses yeux morts.

Sa langue claque.

C’est fait, songe-t-il en sachant qu’il n’a désormais plus nulle part où rentrer.

.

Il se porte volontaire pour partir, parce que ce n’est pas qu’une évidence – c’est le destin et toute la force d’une prophétie plus vieille que lui qui a parlé à sa place lorsqu’ils ont lancé l’opération. Celle qui va l’envoyer dans le passé, et leur laisser la chance qu’ils n’ont jamais eue : que ce jour n’arrive pas.

- T’es sûr de toi, vieux ?
- On dirait un portoloin, se marre-t-il en réponse à Ron, dont le sourire est plus là par nervosité que par sincérité.

Hermione n’aurait probablement pas approuvé.

C’est pour ça qu’ils ne lui ont rien dit ; officiellement, Ron et Harry sont en permission avec McGonagall sur une île moldue au nord de l’Ecosse, afin de pratiquer leur métamorphose en vue de gagner une forme d’Animagus eux aussi.

La seule chose vraie était l’endroit.

- Arrête de déconner, et répète-moi les ordres.

Les mots filent sur sa langue et hors de ses lèvres sans qu’il y réfléchisse ; ses vêtements datent d’un autre âge et ne sont pas enchantés, pas encore, car il ne faut pas que sa magie vienne perturber celle, un peu trop puissante et capricieuse, qu’ils vont invoquer.

Un début de barbe ombre les contours de ses joues blanches, et ses lèvres sont gercées et rosies par le sang et le froid ; il n’a pas pris la peine de se coiffer, puisque toute la gomme du monde n’y suffirait pas et qu’il n’a droit à aucun sort.

- Bien. Je vais prévenir McGo qu’on est prêts, fit Ron, une fois la liste énumérée par Harry sans accrocs.
Ses yeux sont brillants de larmes et Harry se force à lui sourire, chaleureux une toute dernière fois, tandis que la silhouette massive de son meilleur ami l’enlace, claquant sa main trop grande sur son épaule à plusieurs reprises, comme pour leur donner à tous les deux du courage.

On lui murmure bonne chance et le reste n’est qu’un tourbillon de souvenirs flous et incohérents ; Harry se rappelle juste Minerva et sa voix pincée lui expliquant que l’étourdissement était normal, sinon logique.

Mais n’oubliez pas pourquoi vous êtes là, Potter.

Il ouvre les yeux sur un ciel bleu et sans nuages ; le soleil n’est pourtant qu’une ombre tiède qui n’arrive pas à réchauffer les brins d’herbe qui lui caressent les joues et les mains.

Oh, il sait qu’il n’a pas le droit à l’erreur et qu’oublier est un luxe qu’il ne peut pas se permettre pour toutes les personnes qui comptent sur lui – il remonte sa manche, dévoile les lignes blanches qu’il a de gravées dans sa chair depuis sa naissance, à la moldue, exactement pour ne pas oublier.

TUE MEROPE GAUNT

Comments